blitz t1

Oxford, futur proche. L’université est définitivement dépoussiérée : historien est devenu un métier à haut risque. Car désormais, pour étudier le passé, il faut le vivre. Littéralement.
Michael Davies se prépare pour Pearl Harbor, Merope Ward est aux prises avec une volée d’enfants évacués en 1940, Polly Churchill sera vendeuse en plein coeur du Blitz, et le jeune Colin Templer irait n’importe où, n’importe quand, pour Polly…
Ils seront aux premières loges pour les épisodes les plus fascinants de la Seconde Guerre mondiale. Une aubaine pour des historiens, sauf que les bombes qui tombent sont bien réelles et une mort soudaine les guette à tout moment. Sans parler de ce sentiment grandissant que l’Histoire elle-même est en train de dérailler.
Et si, finalement, il était possible de changer le passé ?

Editions Bragelonne - 643p.

J'ai découvert ce livre lors de la sortie librairie avec Atra (oui, la même que pour Percy Jackson), mais comme je suis pauvre (hélas), j'ai profité qu'il soit disponible à ma médiathèque pour l'emprunter.

Ce n'est pas un coup de coeur, mais presque ! (Bon, allez, on va dire que c'est un petit coup de coeur).

Ca n'a pourtant pas été facile : quand j'ai ouvert le livre, je n'ai pas été captivée par les premières lignes et ensuite, comme il était trop gros pour le bus, je l'ai mis de côté en me disant : je le lis le soir, et en journée je lis autre chose (Percy Jackson, donc). Oui, sauf que je déteste lire plusieurs livres en même temps. Donc forcément, j'ai laissé Black-out de côté.

Et je l'ai récupéré après avoir fini PJ. Et j'ai lu 200 pages d'un coup.

On suit différents personnages à différentes époques, alors ce n'est pas toujours évident au début. Surtout qu'ils utilisent des pseudonymes. Mais le récit est tellement détaillé qu'on s'y croirait.

Malgré le fait que j'ai étudié la WWII de nombreuses fois (au lycée, puis à la fac), je n'y connais rien. J'aime l'histoire et paradoxalement, je n'aime pas l'histoire... Ouais. J'explique. J'adore en savoir plus sur la façon de vivre des gens, connaître des anecdotes, vivre l'Histoire comme si j'y étais. Et malheureusement, l'enseignement de l'histoire ne m'apporte pas cette satisfaction. C'est la raison pour laquelle j'aime tellement les romans historiques et pas du tout les livres d'histoire. Alors oui, je sais bien que les romans sont par essence romancés, mais ça satisfait bien ma curiosité, d'autant que beaucoup sont très bien documentés.

Revenons donc à celui-ci. Je disais : on s'y croirait. Les bombardements, l'angoisse, les abris surpeuplés... tout ça m'a donné envie d'en savoir plus. D'autant que les personnages, des historiens, connaissent très bien la période qu'ils sont partis étudier, mais sont perdus quand ils doivent s'attaquer à une période qu'ils ne connaissent pas... ce qui rend l'identification du lecteur beaucoup plus facile. Comme eux, je me suis surprise à regretter de ne pas mieux connaître les détails de la période.

Le seul bémol que je pourrais apporter, c'est que j'ai trouvé quelques longueurs, principalement dans le fait que [les personnages se demandent sans arrêt quand l'équipe de récupération viendra les... récupérer. Imparable. Ils mettent trop de temps à comprendre qu'ils sont coincés, et même à la fin du roman, une seule des personnages a tilté.]

Néanmoins, j'ai déjà réservé le tome 2 auprès de ma médiathèque, vivement qu'il arrive !