26 juillet 2015

Envies de fraises - Jennifer Weiner

envies de fraises

Chef dans un restaurant, Becky est très amoureuse de son mari, et ravie d'être enceinte. Tout irait bien si les médecins la lâchaient un peu avec ses problèmes de poids. Et si son infernale belle-mère la lâchait tout court.
Kelly est overbookée, hyper-ordonnée et archi-ambitieuse. Elle s'investit dans sa grossesse comme dans tout, c'est-à-dire à fond. Seul point noir dans cette organisation parfaite : son mari, qui passe ses journées vautré sur le canapé... Ça fait désordre.
Ayinde est canon. Et intelligente. Et gentille, en plus. Et aussi mariée à un champion de basket dont elle attend un enfant. Bref, le genre de tille qu'on adorerait détester.
Quand ces futures mamans font connaissance lors d'un cours de yoga prénatal, elles se disent qu'elles n'ont rien en commun. Mais la maternité leur promet bien des surprises...

Editions Belfond 2005, 456 pages

Ce livre était sur ma wishlist depuis un moment et je ne sais même pas pourquoi : ce n'est un secret pour personne que je n'ai aucune envie de procréer et surtout pas de subir l'épreuve de l'accouchement. Mais comme je suis tombée dessus à la bibli par hasard, et que ça m'avait l'air d'être une lecture parfaite pour l'été, je n'ai pas hésité.

Quatre femmes, qu'a priori rien ne rapproche, et qui dans la vraie vie ne se serait jamais rencontrée. Oui mais voilà, 3 d'entre elles sont enceintes et vont au même cours de yoga : ça crée des liens.

L'histoire s'écoule sur une année et le livre se découpe en mois : chaque mois, nous avons l'histoire du point de vue de chacune des protagonistes (Lia, l'actrice ; Ayinde, la femme de basketteur ; Kelly, qui rêve d'une vie de magazine et Becky, chef de restaurant). Si j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages (Ayinde m'a vite soûlée à ne pas savoir se détacher de son bébé ; Kelly est trop attachée à son "rêve" matérialiste - même si je peux la comprendre, notamment quand je vois l'attitude de son mari ; Becky et son mari se laissent TROP faire pa rapport à sa belle-mère - que j'aurais envoyée sur les roses il y a bien longtemps), je me suis quand même intéressée à leur histoire (enfin, Kelly, Lia et Becky, parce que décidément, Ayinde ne sert pas à grand chose). La preuve, j'ai passé une bonne partie de la nuit à voir comment elles s'en sortaient.

Passées les descriptions des accouchements (mais au secours !), j'ai aimé les voir se débattre avec leur quotidien, et c'est clair qu'être maman n'est pas une partie de plaisir (et jamais de la vie je veux vivre comme ça). J'ai même eu envie de les soutenir, parce que pour la plupart, elles étaient pas aidées avec leurs maris (les mecs !). Quant à Lia, j'ai eu très mal pour elle. Sa situation est horrible et je suis pas sûre qu'on puisse vivre quelque chose de plus atroce que ça.

Mais c'est un livre très optimiste, avec une jolie histoire d'amitié, qui a de grandes chances de se prolonger sur la génération suivante.

En bref, ça m'a bien plu !


26 books toread in 2015

 

 

Posté par Miss Bunny à 18:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Leo Demidov, tome 1 : Enfant 44 - Tom Rob Smith

leo demidov t1

Hiver 1953, Moscou. Le corps d'un petit garçon est retrouvé sur une voie ferrée. Agent du MGB, la police d'Etat chargée du contre-espionnage, Léo est un officier particulièrement zélé. Alors que la famille de l'enfant croit à un assassinat, lui reste fidèle à la ligne du parti : le crime n'existe pas dans le parfait État socialiste, il s'agit d'un accident. L'affaire est classée mais le doute s'installe dans l'esprit de Léo. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l'exil avec sa femme, Raïssa, elle-même convaincue de dissidence. C'est là, dans une petite ville perdue des montagnes de l'Oural, qu'il va faire une troublante découverte : un autre enfant mort dans les mêmes conditions que l'" accident " de Moscou. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans une terrible traque, qui fera d'eux des ennemis du peuple...

Editions Belfond, 398 pages

Le film est sorti il n'y a pas trop longtemps mais comme d'habitude, je voulais lire le livre d'abord. Bon en fait, non. J'avais dans la tête une histoire de YA un peu fantastique, et la bande-annonce ne correspondait pas à l'idée que je m'en étais faite. Donc il fallait que j'en aie le coeur net. Et comme il était à la bibliothèque, je n'ai pas hésité.

Alors je confirme tout de suite que je m'étais plantée. Je ne sais pas avec quoi j'ai confondu mais toujours est-il que ce n'est pas de la YA, et que ce n'est pas du fantastique.

On commence très vite dans le vif du sujet, et on est plongé dans l'ambiance tout de suite : l'URSS souffre, et nous aussi (mais en bien, en ce qui nous concerne). On est tout de suite pris aux tripes, et on s'intéresse instanténement à ce qu'il se passe.

Les descriptions aident à planter le décor : la peur ambiante, la suspicion, le régime de terreur instauré par Staline... Et on suit Leo, qui travaille pour ce gouvernement et qui participe à renforcer ce climat. Les gens le respectent, car ils ont peur de lui. Mais petit à petit, la moralité de Leo reprend le dessus, et ce n'est pas facile d'aller à l'encontre de la pensée officielle, d'autant plus quand une personne est déterminée à vous faire tomber.

Les personnages sont très fouillés. Leur psychologie est extrêmement bien construite, et cela donne lieu à des révélations très intéressantes, notamment en ce qui concerne Raïssa et Vassili.

C'est palpitant, il n'y a pas de longueurs, on en redemande.

Le seul petit bémol c'est que [on devine assez vite que le tueur est le frère de Leo]. Mais franchement comparé au reste, c'est un détail.

Je lirai probablement assez vite la suite des aventures de Leo et de Raïssa et j'espère qu'il y aura [une histoire de vengeance avec sa nièce, même si elle est petite pour l'instant].

Posté par Miss Bunny à 17:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

21 juillet 2015

Fushigi Yugi : La légende de Gembu - Yuu Watase

latest

Takiko vit à Morioka, au Japon. Elle veille sur sa mère mourante tout en allant à l'école (où elle excelle dans le Kendo, par ailleurs). Alors que sa mère s'affaiblit de plus en plus, son père refait surface.Il est écrivain et rentre de voyage.Takiko lui en veut énormément de les avoir abandonnées, d'autant que son père semble davantage préoccupé par le fameux livre qu'il écrit que par le sort de sa femme... Alors que sa mère décède, Takiko s'empare du livre pour le détruire, non sans s'en prendre violemment à son père. Mais voilà que se produit une chose surprenante : Tokiko se fait aspirer dans le livre... A l'intérieur des "Ecrits des Quatre Dieux du Ciel et de la Terre", Takiko est appelée "prêtresse de Gembu", elle est celle qui sauvera le pays lorsqu'il sera sur la voie de la destruction... Elle devra retrouver les sept étoiles de Gembu pour appeler ce Dieu. A peine arrivée, voilà qu'elle rencontre Rimudo, un mystérieux personnage moitié homme/moitié femme...

Editions Tonkam - 12 volumes de 200 pages environ

Fushigi Yugi : La légende de Gembu est donc, comme son nom l'indique, liée à la série Fushigi Yugi (je sais, c'est dingue). Il s'agit en fait d'une préquelle (je dis "une" parce qu'il se pourrait que Watase écrive l'histoire de Byakko (oui oui s'il te plaît !!!).

Pour la petite histoire, le 1er tome de Fushigi Yugi (la première série a être sortie mais en fait la dernière dans la chronologie des Ecrits des Quatre Dieux du ciel et de la Terre. Vous suivez ?) m'a été offert il y a loooooooooooooooooooooongtemps par ma BFF de l'époque (comme quoi, c'est pas tant que ça forever ces histoires...) et donc je l'avais lu et refermé en me disant : pfiou c'que c'est gnan gnan. Et je l'ai mis de côté. Quelques années plus tard, je l'ai relu et là, ce fut la révélation. Pendant longtemps, ce fut ma série préférée (enfin, à part Sailor Moon hein, mais bon, Sailor moon, c'est comme Buffy, ça a un statut à part) et aujourd'hui encore, elle est forcément dans mon trio de tête.

Alors quand FY : Gembu est sortie, je n'ai pas hésité. J'ai acheté les 6 premiers tomes (au fur et à mesure de la sortie, ce qui a pris du temps) et après je me suis lassée d'attendre et puis soyons clair : les manga, ça coûte cher. Au volume, ça va encore, mais quand vous suivez des séries avec plus de 70 tomes (that's you, Metantei Conan !!!), ben ça revient à une petite fortune. Alors j'ai arrêté de les acheter. En 2007, donc.

Et là, je regardais un film coréen qu'un collègue m'a filé (Des nouilles aux haricots noirs ou Castaway on the moon - ultra loufoque, ultra poétique, ultra j'ai adoré) et puis bon, d'accord, je sais : la Corée, c'est pas le Japon. Mais ça m'a donné envie de repartir en Asie (et en plus, de toutes façons, FY est censé se dérouler principalement en Chine, alors...) et donc, je me suis replongée dans FY : Gembu. Et comme ma médiathèque avait les derniers tomes, j'ai enfin fini la série.

Voilà. Après cette loooooooooooooooongue introduction, venons-en au fait. Alors évidemment, il y a forcément des comparaisons qui sont faites entre FY et FY : Gembu. Entre les héroïnes (Miaka pour FY, Takiko pour FY : Gembu), entre les chérichoux (Tamahomé et Uruki), entre les étoiles, entre les histoires. Ma première petite déception, c'est que je trouve que Miaka et Takiko sont bien trop semblables. A part pour le fait que Miaka est un estomac sur pattes, elles ont le même caractère, la même envie de faire le bien et de sauver les gens, la même gentillesse, le même sentiment de rejet vis à vis de leur monde. 

Ma deuxième petite déception concerne les Etoiles : celles de Miaka sont teeeeeeeeellement plus intéressantes et attachantes !!! (ou alors, j'ai un tel lien avec FY que je ne pouvais que trouver que celles de FY : Gembu moins bien. L'avantage, c'est qu'il y a une femme (je veux dire une femme biologique, parce que Nuriko est gender-fluid, tout le monde le sait. Hotohori aussi d'ailleurs...). Mais sinon, même si leurs histoires sont intéressantes, elles m'ont moins émue. De toutes façons, entre Nuriko, Hotohori, Tamahomé et... euh, en fait je les aime toutes, les étoiles de Suzaku !

Mais sinon, sinon... Quelle série ! Il y a peu de surprises, mais c'est tellement bien raconté. Et la fin est très belle, un tout petit poil amère, mais très poétique. C'est quelque chose que j'apprécie chez Watase : malgré les ressemblances (il y en a toujours dans l'oeuvre d'un même auteur), les conclusions sont toujours uniques.

Un poil en-dessous de FY, mais une très belle série néanmoins.


 

26 books toread in 2015

Posté par Miss Bunny à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juillet 2015

Les Orphelines d'Abbey Road, tomes 3 et 4 - Audren

les orphelines d'abbey road t3

Quelle est cette armée de fantômes immobiles, pétrifiés dans l'abbatiale d'Abbey Road ? Ce sont les pensionnaires et les professeurs de l'orphelinat, tous plongés dans une torpeur mortelle. A peine revenues du monde magique d'Alvénir, Joy et ses camarades doivent y retourner pour trouver l'Alchiminott, le seul contrepoison qui puisse dissiper cet envoûtement. Mais cette fois, franchir la porte secrète ne suffit pas, c'est dans le passé d'Alvénir qu'elles doivent se rendre, aux origines du mal, à cette époque où le Diable Vert, désormais maître de l'orphelinat, n'était qu'un être d'amour et de compassion. Peut-être auront-elles, pour changer le cours du temps, à risquer leurs vies. Peut-être Ginger aura-t-elle enfin la preuve qu'elle n'appartient pas tout à fait au même monde que ses camarades. Pour l'instant, la seule certitude de Joy s'appelle Alonn, ce garçon aux yeux violets auquel elle aimerait bien ne plus penser. Pourtant, lorsqu'elle rencontre Mauk, avec sa peau mate et son regard intense, son coeur se met à battre étrangement. En Alvénir, les enchantements comme les drames pourraient bien naître des histoires d'amour impossibles...

Editions L'Ecole des Loisirs - 304 pages

 

les orphelines d'abbey road t4

Tandis qu’au manoir d’Abbey Road le DiableVert prépare l’invasion de l’orphelinat par les gens de son peuple, les Mogadors, Joy est kidnappée, retenue de force dans le monde d’Alvénir. Elle seule, paraît-il, peut guérir Alonn, le garçon aux yeux violets, du mal qui le ronge. Pour Joy, ce nouveau voyage est celui des révélations et d’une compréhension nouvelle. Elle découvre peu à peu que le monde magique d’Alvénir, sous son apparente douceur, est une dictature. Et malgré la peur que lui inspirent le Diable Vert et les Mogadors, elle comprend désormais leur révolte. Mais ce voyage est aussi celui de la confusion dans le coeur de Joy. Est-elle vraiment amoureuse d’Alonn ? Est-il possible que par ses propres sentiments elle ait changé la nature de cet Almour et l’ait rendu capable d’aimer ? Et pourquoi alors est-elle toujours éprise de Mauk, le Mogador, qui l’a peut-être trahie ?

Editions L'Ecole des Loisirs - 270 pages

 

J'ai donc retrouvé très vite Joy et les autres pour encore plus d'aventures, et cette fois, en plus du monde d'Alvénir, nous allons aussi dans le passé. J'ai bien aimé cette série, mais il manque un petit quelque chose.

Dans le tome 3, nous allons dans le passé pour tenter d'en savoir plus sur le Diable Vert. Dans le tome 4, les Mogadors sont entrés dans notre monde.

Au final, tout ça est traité de façon relativement superficiel. Oui, on en apprend un peu plus sur les motivations de Volem. Oui, on apprend le secret des pouvoirs de Ginger. Oui, on apprend aussi pourquoi Alonn est si précieux aux yeux de la Grande Chouette. Mais finalement...

  • pourquoi est-ce qu'il a décapité la Reine ?
  • pourquoi est-ce que la Grande Chouette est devenue présidente ?
  • pourquoi est-ce qu'elle est aussi pénible ?
  • pourquoi est-ce que les gens d'Alvénir ont aussi peu d'esprit d'initiative et de "rebellion" ?
  • quelles sont finalement les conséquences à long terme de l'invasion des Mogadors ?
  • que se passe-t-il quand on suit Joy dans ses aventures ? Elle n'est pas forcément la plus intéressante, et suivre Ginger, June et les autres aurait pu être aussi très intéressant.
  • qu'en est-il des parents de Joy finalement ?

Et puis bon, Joy est une ado, certes, mais est-ce qu'elle a besoin d'être inconstante ? Ou alors elle fait preuve de beaucoup de maturité pour aborder le polyamour si jeune... Et j'avoue que du coup, la fin m'a beaucoup déçue : je pense que l'histoire aurait pu être beaucoup plus intéressante et percutante si la fin ne laissait pas un arrière-goût de romance YA sans saveur.

Malgré tout cela, je le répète, c'est une série que j'ai appréciée. Le monde créé par Audren est vibrant et intrigant. L'écriture est toujours aussi agréable à lire et certaines réflexions engagées (notamment sur la place de l'enfant dans la société) méritent le détour. C'est une lecture multi-niveau et je trouve cela très bien pour le public ciblé... et pour les plus grands.

Posté par Miss Bunny à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Chat et moi - Nils Uddenberg

le chat et moi

Alors qu'il rentre de vacances, Nils découvre un petit chat gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, un petit chat le fixant de ses grands yeux jaunes. D'où vient-il ? S'est-il perdu ? Jour après jour, Nils le revoit à la même place. Il met des affichettes dans le quartier ; contacte un refuge ; prévient la police... Rien. Personne ne recherche l'animal. De toute façon, il est trop tard, Nils s'est attaché à cette mignonne boule de poils. Petit à petit, le félin prend ses aises, s'aventure dans la maison... Et pourtant, Nils, psychiatre à la retraite, s'était juré qu'il ne s'encombrerait jamais d'un animal de compagnie. Une jolie histoire d'amour, racontée non sans ironie et autodérision, dans laquelle l'auteur analyse – déformation professionnelle oblige – la relation de l'animal avec l'homme.

Editions France Loisirs - 150 pages

L'heure de l'achat trimestriel a sonné. Et autant d'habitude je sais quoi acheter, autant là, j'avais zappé et ne m'étais penchée sur la question. Il ne m'a pas fallu longtemps pour choisir cependant : 2 minutes dans le magasin, une couverture rouge, une tête de chat... Bon ben voilà, j'ai trouvé.

Ce livre est étiqueté roman, mais ça ressemble beaucoup plus à un morceau d'autobiographie, et l'auteur lui-même dit que c'en est une... Enfin, de toutes façons, ça parle de chat, ça ne peut que me plaire.

Evidemment je suis tombée amoureuse de cette Minette. Finalement, l'auteur n'en parle pas tant que ça : en bon psychiatre, il analyse plutôt les rapports humain / chat en se basant sur ce qu'il observe dans le comportement de sa bestiole, et évoque aussi comment ses habitudes évoluent pour laisser place à cet animal. Il y a des inexactitudes sur des informations générales concernant les chats, mais ça reste intéressant et touchant.

Une petite lecture rapide qui n'est pas indispensable, mais qui plaira aux amoureux des chats.


 

ABC2015

Posté par Miss Bunny à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 juillet 2015

Les Orphelines d'Abbey Road, tome 2 : Le monde d'Alvénir - Audren

les orphelines d'abbey road t2

Dans le parc de l’orphelinat d’Abbey Road, au fond du petit bois, se trouve l’entrée du pays d’Alvénir. C’est une entrée invisible. Seuls ceux à qui il manque quelque chose ou quelqu’un ont le droit de la franchir.
Joy a le cœur qui bat en passant la porte secrète, elle espère retrouver ses parents. Elle a le sentiment qu’ils sont toujours en vie. Lady Bartropp, à la recherche de sa sœur kidnappée, l'accompagne dans ce voyage.
Il paraît que dans le monde d’Alvénir toute chose a sa raison d’être. Mais pourquoi cette expédition se révèle-t-elle si difficile et angoissante ? Pourquoi faut-il passer des épreuves ? Pourquoi Lady Bartropp semble-t-elle soudain frappée d'amnésie ?
Et qu’est-ce qui pousse Alonn, l’étrange et beau garçon aux yeux violets, à faire tout le contraire de ce qu’il a promis à Joy ?

Editions L'Ecole des Loisirs - 287 pages

Voilà une affaire rondement menée. Je n'ai qu'une chose à dire : je veux la suite !!!

Dans ce deuxième tome, point d'orphelinat : nous n'avons pas le temps car nous allons presque tout de suite dans le coeur du sujet. Nous découvrons donc plus en détail le monde d'Alvénir, et je dois dire que c'est réussi. Que ce soit sur la société, le monde de fonctionnement, les gens qui y vivent, les informations sont parfaitement dosées, ni trop, ni trop peu. Joy, Ginger, Dawson et Aglaé vivent différentes aventures et on les suit avec plaisir.

Les nouveaux personnages apportent un petit plus non négligeable et j'espère qu'on les recroisera. La seule qui me plaît moins finalement, c'est la Grande Chouette que je trouve finalement assez froide.

Les différentes péripéties se succèdent et la fin est très intéressante et donne envie de se plonger tout de suite... ben dans la suite.

Finalement, je n'ai vraiment pas grand-chose à dire. Il va falloir que je patiente demain pour la suite car je ne l'ai pas sous la main !

 

Posté par Miss Bunny à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Orphelines d'Abbey Road, tome 1 : Le diable vert

les orphelines d'abbey road t1

L’orphelinat d’Abbey Road ne s’est pas toujours appelé ainsi. Son véritable nom, il vaut mieux ne pas le connaître. Il vaut mieux ne pas poser de questions, non plus, ni sur ce sujet ni sur aucun autre. Soeur Ethelred n’aime pas que les enfants posent des questions. Elle dit que Dieu apportera toutes les réponses. Ses réponses à elle, ce sont les punitions. Ce soir, comme chaque soir, les pensionnaires ont dit leur prière et soeur Ethelred a coupé l’électricité dans le dortoir. Mais Joy ne peut pas dormir. Elle pense au souterrain que son amie Margarita a découvert sous l’abbatiale. Qu’y a-t-il au bout de ces couloirs qui sentent le soufre ? Pourquoi Prudence ne parle-t-elle plus depuis qu’elle les a visités seule ? De quoi a-t-elle si peur ? D’où vient cette étrange brûlure sur son bras ? Que cache le mince sourire de Lady Bartropp, la bienfaitrice de l’orphelinat ? Et pourquoi la petite Ginger chante-t-elle sans cesse une chanson en latin sans même s’en apercevoir ? Les réponses sont peut-être là, tout près, dans un autre monde.

Editions L'Ecole des Loisirs - 281 pages

Voilà un livre que j'ai emprunté par hasard, et comme d'habitude, je n'ai pas lu la 4e de couv (et toujours pas d'ailleurs). Du coup, je ne savais pas à quoi m'attendre.

Pour moi, ce livre se divise en 3 parties. Pour le 1er tiers, c'est assez conforme à ce que le titre suggère. On découvre un orphelinat tenu par des soeurs, avec des petites filles de tout âge et toutes (ou presque) relativement attachantes. Il y a un petit peu de l'atmosphère Jane Eyre dans sa période orphelinat justement. Les bases sont posées et avec une très belle écriture qui, chose relativement rare dans du jeunesse, n'est pas du tout simplifiée ou simpliste, mais toujours juste et ciselée. On se fait une idée très précise du quotidien de Joy et de ses amies.

Dans le 2e tiers, l'histoire commence à se corser un peu, et c'est assez bien amené. Je dis assez bien seulement parce que j'ai aussi un peu l'impression que ça arrive comme un cheveu sur la soupe. Je sais, ça paraît paradoxal, et pourtant j'ai vraiment eu cette double sensation. Des questions sont posées, des mystères aussi et on a envie d'en savoir plus.

Dans le 3e tiers, on a des "révélations" (je mets entre guillemets parce que bon, on s'en doute assez vite), mais qui n'ont pas grand chose à voir avec les questions du 2e tiers. On nous laisse en suspens (normal, il y a une suite).

Si les 2 premiers tiers m'ont assez plu, le 3e sans plus. Mais je suis quand même intriguée, alors je me lance tout de suite dans le tome 2 !


 

26 books toread in 2015

Posté par Miss Bunny à 01:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 juillet 2015

The Importance of Being Earnest - Oscar Wilde

the importance of being earnest

Dernière pièce d'Oscar Wilde, L'Importance d'être constant brille des feux d'un langage habité par la grâce : s'y manifestent la puissance et la modernité de la réflexion de l'auteur sur la fiction, mais aussi son inventivité subversive et satirique, son esprit généreux et étincelant d'élégance et de drôlerie.

Editions Public Domain Books - Ebook

Bon, avec un "résumé" comme celui-ci, il est difficile de savoir à quoi s'en tenir. Et d'ailleurs, inculte que je suis, je ne savais pas du tout quel type de pièce j'allais lire.

Alors déjà, c'est court. Merci Oscar. Parce que j'ai plein d'autres livres à lire et que tu me facilites la tâche. C'est court, oui, mais il y a de la matière (je pense aux gens qui vont passer la Greg - ou la Greuh comme dit ma petite Atra). Mon but n'étant pas de faire une analyse littéraire complète (je suis un peu - beaucoup - rouillée et ça me prendrait beaucoup trop de temps), je ne vais pas m'y attarder mais plutôt vous parler de mon ressenti.

Donc, c'est court. Et c'est drôle. Loufoque. Délicieusement absurde. Mais justement, c'est trop court. Et bien trop rapide. Les situations emberlificotées se résolvent en 2 secondes. Nous n'avons pas le temps d'approfondir notre relation aux personnages, mais j'ai comme l'impression que c'est voulu.

Ce livre demande une deuxième lecture pour en apprécier toute la saveur (et peut-être même une troisième).


26 books toread in 2015

Posté par Miss Bunny à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juillet 2015

Derrière la haine, tome 2 : Après la fin - Barbara Abel

après la fin

Tiphaine et Sylvain vivent ensemble depuis presque 20 ans. Ils ont connu des moments merveilleux et ont surmonté main dans la main des épreuves difficiles. Comme tant d’autres époux… Aujourd’hui leur couple bat de l’aile et élever Milo, leur fils de 15 ans, n’est pas une partie de plaisir. Une situation qui pourrait être très classique… Si Milo n’était pas leur fils adoptif. Si Milo n’était pas le fils de leur ancien voisin David qui s’est suicidé dans sa propre maison. Si Milo n’était pas le meilleur ami de Maxime, leur fils, décédé brutalement à l’âge de 7 ans. Si Milo n’avait pas hérité de la maison de son père dans laquelle vit désormais la nouvelle famille recomposée. Et si une nouvelle voisine n’était pas venue s’installer précisément dans leur ancienne maison, de l’autre côté de la haie, avec un petit garçon de 7 ans… La fin de Derrière la haine nous a tous bouleversés. Barbara Abel n’en reste pas là. Que deviennent Tiphaine, Sylvain et Milo, ces trois personnages qui ont vécu l’horreur et qui ont inconsciemment choisi de s’imposer l’enfer quotidien en restant dans une maison qui a abrité tant de drames ? Et juste à côté d’une autre maison qui, dès qu’ils en rouvriront la porte, laissera ressortir tous les fantômes du passé ?

Editions Pocket - 348p.

C'est rigolo, parce que l'été où j'ai lu les tomes 1 et 2 du Livre des Morts (la saga Will Piper), j'ai aussi lu le tome 1 de cette duologie. Et là, je lis respectivement les tomes 3 et 2 le même été, à nouveau. C'est débile mais ça me fait rire.

Cocow me parle de cette deuxième suite depuis un moment maintenant, et je n'y pensais jamais au bon moment. Et lors de ma dernière commande amazon, alors qu'il me manquait 5€ pour ne pas payer les frais de port, je m'en suis souvenue.

Je suis finalement très déçue. Je n'avais pas adoré le 1er tome, mais l'ambiance glauque à souhait, le sentiment de danger, d'urgence m'avaient plu. (c'est bizarre d'ailleurs parce que je dis le contraire dans mon billet, mais 3 ans après, c'est l'impression qu'il m'en reste...).

Là, déjà, je ne suis pas vraiment ravie de retrouver Tiphaine qui a l'air encore plus tarée, désaxée (si c'est possible) que dans le 1er tome. Sylvain n'apporte rien du tout, si ce n'est de la lâcheté et l'arrivée de nouveaux voisins, qui aurait pu être intéressante, finalement n'est pas exploitée comme il le faudrait. Milo a évolué bizarrement, son amourette est inintéressante. Nora est franchement débile (au lieu d'appeler la police, non, il faut qu'elle cache le corps... Du coup j'aurais presque préféré qu'elle crée une alliance de meurtriers avec Tiphaine plutôt que la fin qui est donnée auGrande livre), et le tout est limite risible.

Autant je trouvais que les personnages étaient crédibles dans le premier tome, autant là j'ai l'impression d'avoir à faire à des caricatures. C'est vraiment dommage car il n'aurait pas manqué grand chose pour que j'aime.

Tant pis.


26 books toread in 2015

 

 

 

Posté par Miss Bunny à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Will Piper, tome 3 : Le livre des prophéties - Glenn Cooper

le livre des prophéties

Dans les catacombes d'un monastère de l'Île de Wight, des générations de scribes se livrent, inlassablement, depuis plus de cinq siècles, à une mystérieuse activité d'écriture. 700 000 manuscrits s'accumulent dans la bibliothèque... jusqu'à un matin de 1297, où tous les rédacteurs se donnent la mort.2009. Will Piper, un agent du FBI, découvre les manuscrits dans une base secrète du désert du Nevada, Area 51. Ceux-ci contiennent des prophéties d'un type très particulier, la dernière d'entre elles concernant le 9 février 2027, date de " La fin des jours ".2026. À l'horizon de la date fatidique, Will Piper va devoir faire toute la lumière sur les secrets des manuscrits. Quelle est leur origine ? Pourquoi ont-ils été gardés dans l'ombre si longtemps, et par qui ? Qu'est-il vraiment arrivé aux scribes qui les ont rédigés ? Enfin, que doit-il vraiment se passer le 9 février 2027 ?

Editions Pocket - 472p.

J'ai lu les 2 premiers tomes l'année dernière (ou il y a 2 ans ? le temps passe tellement vite, je ne sais plus) et j'avais plutôt bien aimé. Je ne savais même pas qu'il y avait un 3e tome jusqu'à ce que ma copine LittleMiss m'en parle et me le prête. Je l'ai lu très vite puisqu'en un jour c'était terminé.

J'y ai retrouvé tout ce que j'ai aimé dans les premiers tomes, mais aussi tout ce qui m'a agacée.

L"histoire est toujours aussi passionnante (enfin jusqu'à un certain point, car les derniers chapitres m'ont paru interminables, mais comme d'habitude quand il s'agit de batailles...). J'ai particulièrement aimé les retours dans le passé, et j'aurais presque préféré que l'histoire se passe tout le temps dans le passé. c'est toujours écrit de façon à ce qu'on ait pas envie de lâcher le bouquin, et j'apprécie cela.

Malheureusement, c'est au niveau du personnage principal que ça ne colle pas. Will m'exaspérait déjà par son côté macho misogyne dans les deux premiers tomes, mais là, c'est encore pire. Et en plus, ça s'étend aux autres personnages masculins. C'est à se demander si l'auteur lui-même ne fait pas partie de cette catégorie. Et alors autant ça passait quand même relativement bien de la part d'un mec d'une 40aine d'années (relativement bien, c'est-à-dire, j'avais envie de l'étriper mais c'est presque une norme), autant d'un gars de 60 balais bien tassés, j'ai trouvé ça ridicule. Et non, monsieur Cooper, ce n'est pas le fantasme de toutes les femmes du monde (bien entendu toutes trentenaires et toutes belles, cad d'après l'auteur, surtout pas ronde ou grosse, parce que ce serait le pire des défauts possibles) de se taper un vieux de 64 ans.

J'ai trouvé intéressant l'idée de faire migrer la bibliothèque mais 1/ j'aurais assez aimé voir la fin du monde et voir ce qu'il se serait passé et 2/ ça a été relativement mal mené dans le présent du récit.

Un tome sympa, avec une petite fin ouverte qui laisse l'opportunité d'une suite, mais s'il vous plaît, avec un autre protagoniste que Will, parce que ce sera ridicule sinon.


 

ABC2015

Posté par Miss Bunny à 15:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,