watermelon[Pas traduit en français]

Le 15 février est un jour spécial pour moi. C'est le jour où j'ai donné naissance à mon premier enfant, mais aussi celui où mon mari m'a quittée. J'imagine que les deux événements sont liés...

Claire a tout ce qu'elle a toujours désiré : un mari qu'elle adore, un appartement génial, un bon travail. Mais, le jour où elle accouche de son premier enfant, James lui annonce qu'il la quitte. Claire se retrouve seule avec un bébé, son coeur est brisé et elle ne supporte plus son corps.

Elle décide de rentrer chez elle, à Dublin. Là-bas, entourée de sa famille aimante bien qu'un poil excentrique, elle se remet. Tellement bien, que quand James réapparaît dans sa vie, il va avoir la surprise... de sa vie.

Editions HarperCollins (ebook) - 432 pages

Ce n'est pas ma première rencontre avec cette auteure que j'apprécie beaucoup : sa chick-lit aborde toujours des thèmes bien plus profonds et sérieux qu'il n'y paraît, ce qui la distingue de beaucoup d'auteurs de ce genre qui restent dans la superficialité.

J'ai déjà lu le tome 2 de cette série (ne sachant pas alors qu'il s'agissait d'une série) et j'avais beaucoup aimé.

Ce tome 1 en revanche est une énorme déception. Si j'y ai retrouvé des qualités d'écriture et un certain humour qui m'avaient plu lors de mes lectures précédentes, l'histoire et les personnages (que j'avais pourtant déjà rencontrés pour la plupart) m'ont paru d'une superficialité sans nom.

Claire, donc, se fait larguer pour une autre le jour de son accouchement. Ok, c'est pas joli joli. Et le gars, on a envie de le trucider d'entrée. Sauf que voilà, Claire l'aiiiiiiiiime. Son James est parfait. Son James est un roc. Son James est sérieux. Son James s'occupe d'elle à merveille. Son James l'aime, elle en est persuadée. Son James va l'appeler, va venir la chercher.

Et puis une autre spécimen mâle pointe le bout de sa queue moins de 2 mois plus tard et c'est bizarre, Claire a oublié son James.

Claire donc est chiante. Elle est monomaniaque, elle est inintéressante. Et pour couronner le tout, elle est un peu concon hein...

James est un bâtard. James est une girouette. James est l'exemple typique du gros boulet qui pense que tout lui est dû. (et il est un début d'esquisse du personnage masculin de This Charming Man qui est autrement plus intéressant et poussé et développé)

Adam est inintéressant. Adam est fade. Adam n'a pas vraiment de personnalité.

Helen est ultra chiante. Je l'avais déjà pourtant rencontrée et elle ne m'avait pas fait cet effet là. J'ai eu envie de la baffer tout du long.

Et la mère est paradoxale. Elle ne sait pas ce qu'elle veut. Elle encourage sa fille à coucher avec le premier venu mais est limite prude et veut à tout prix qu'elle recolle les morceaux avec son ex... Hum... Elle non plus ne m'avait pas fait cet effet là.

Et puis bon, j'ai quelques griefs d'ordre personnel : NON, si tu viens d'accoucher et qu'au bout de 2 mois on peut te décrire en utilisant le mot "skinny", tu n'étais certainement pas grosse ni ne ressemblait à une pastèque. et donc moche. J'aimerais bien qu'on arrête d'associer le fait d'être gros à celui d'être moche et d'être indésirable. J'aimerais bien que "gros" arrête d'être la pire chose qu'on puisse être. Et j'aimerais bien que ce terme ne soit pas utilisé à tort et à travers. Non, tu n'es pas grosse, connasse.
Ensuite, j'aimerais bien qu'on m'explique comment, alors que pendant 2 mois elle pleurait après son James, dès qu'elle voit le bout d'une quéquette nouvelle elle l'oublie de suite. Genre ton mariage est pas encore enterré. (tssss m'énervent ces gens qui enchaînent les histoires. d'amour comme si c'était normal et moi j'arrive même pas à en vivre une)...
Bref, comme vous voyez j'ai eu beaucoup de mal à compatir...

Ca ne m'empêche pas de vous conseiller Keyes, je vous dirais juste d'éviter celui-là.


26 books toread in 2015