05 septembre 2015

Dimanche sur les écrans #2

Ah oui, c'est seulement le 2e DSLE. Hum. Il faut dire que j'ai eu la flemme de faire le compte-rendu au fur et à mesure, et j'ai testé pas mal de séries que j'ai vite abandonnées. Mais quand même, il y a eu de belles découvertes, et même si ce ne sont pas des découvertes confidentielles (du genre Sense8 que beaucoupde gens ont vu et apprécié), j'ai quand même envie de vous en parler.

[Oui, j'ai conscience que nous ne sommes pas dimanche. Je devais le poster dimanche dernier, mais... c'est long à écrire, tout ça ! Donc ce sera posté un jeudi. Ben oui.]

Côté ciné :

Pas grand-chose depuis la dernière fois.

affich_24350_1

We are your friends - Max Joseph - avec Zac Efron : J'avais vu la BA au journal (de TF1?) mais bon, ça ne m'avait pas tenté plus que ça. J'aime bien la musique electro mais sans plus, et je n'ai jamais été une de ces personnes qui peuvent passer l'été à Ibiza, même plus jeune. Alors forcément le propos me parlait moyen. Et puis Gawelle m'a proposé d'y aller, alors j'ai dit oui. Au final, j'ai bien aimé. C'est sûr, c'est pas ma scène du tout. La fête, la drogue... très peu pour moi (enfin j'aime faire la fête hein, juste pas celle-là). Mais je me suis assez rapidement attachée aux personnages, l'histoire d'amour est plutôt bien menée, la relation élève-mentor aussi, et la bande-son est très sympa.

Podium - Yann Moix - avec Benoit Pooelvorde :

Bernard Frédéric a pour métier Claude François... et accessoirement, banquier. Devenir le sosie de Claude François est son rêve. Après avoir raccroché pendant plusieurs années et fondé une famille, il est contacté par Couscous, alias Michel PolnarG, l'étonnant sosie de Michel Polnareff afin de gagner le concours de la « Nuit des sosies » présentée par Évelyne Thomas au grand dam de sa femme Véro. Pour ce faire, il engage quatre Bernadettes, comme Claude François avait ses Claudettes.

Je hais Benoit Pooelvorde. Bon dire que je le hais est un peu excessif, mais en tout cas je ne le porte pas dans mon coeur (et là, pour le coup c'est un euphémisme), ni en tant que personne (j'ai eu des retours de première main sur son comportement pendant le tournage d'un film par chez moi), ni en tant qu'acteur. Mais là, je dois dire que j'ai apprécié et le film, et sa performance. J'ai beaucoup ri (c'est rare que je rie (quelle orthographe bizarre) en comédie, et encore plus en comédie française), j'ai trouvé l'acte final touchant. Il n'y a qu'un seul élément du film qui m'a franchement déplu, c'est les scènes d'adultère (évidemment...). Mais sinon, une bonne comédie française avec de bonnes répliques !

La Passion d'Augustine - Léa Pool - avec Céline Bonnier :

Mère Augustine, une religieuse passionnée et résiliente, dirige avec succès son couvent, spécialisé en musique, aux abords du Richelieu. Un jour, sa soeur lui demande de prendre sa nièce Alice sous son aile pendant un certain temps. La jeune femme, un peu rebelle, est une pianiste hors pair et rappelle à Augustine un passé qu'elle s'efforçait d'oublier. Un jour, les Soeurs apprennent que le gouvernement du Québec instaure un système d'éducation publique. Elles comprennent dès lors que l'avenir de leur école est menacé, et avec elle celle de toute une génération d'institutions aux vocations religieuses. (Source : Cinoche.com)

C'est un de mes collègues qui m'a parlé de ce film et il m'avait dit "tu verras, leur accent est tellement à couper au couteau que tu as besoin des sous-titres" (c'est un film canadien). Ce qui a fait que j'ai voulu le voir. Sauf qu'en fait, il s'était trompé de film. Donc certes, les acteurs (enfin surtout actrices) ont un accent mais sont parfaitement compréhensibles quand on manie le français entrecoupé d'interjections anglaises. J'ai bien aimé l'ambiance feutrée, la mère Augustine, son histoire, mais c'est finalement un peu simple, un peu court, un peu... inutile.

affich_24350_1

Castaway on the moon - Hae Jon Lee - avec Jae-Young Jung:

Suite à une tentative de suicide ratée, M. Kim se retrouve sur l'île de Bam, au beau milieu de la rivière Han. Il réalise que mettre fin à ses jours n'est pas si facile et décide de rester sur cette île déserte. Alors qu'il commence à s'adapter à sa nouvelle vie sauvage, il trouve un message dans une bouteille flottant sur l'eau. Pour la première fois depuis très longtemps, il reprend espoir...

Encore un film proposé par le même collègue et que j'ai mis 6 mois à regarder. C'est un truc qui commence complètement loufoque : vraiment, on se demande où on est tombé. Et en fait, c'est un film ultra poétique, les acteurs y sont très convaincants. Ca a satisfait mon envie d'humour, de romantisme, d'ailleurs. Que demander de plus ?

Pitch perfect 2 - Elizabeth Banks - avec Anna Kendrick : J'avais bien aimé le 1er (intitulé Hit Girls en français), malgré un ton décalé parfois bizarre. Mais le 2, le 2... c'est une daube sans nom. Les mash up sont mauvais, le choix des chansons est mauvais, le décalé est encore plus décalé et bizarre, fat Amy, je peux vraiment pas la blairer... Next!

La Vague - Dennis Gansel - avec Jurgen Vogel :

En Allemagne, aujourd'hui. Dans le cadre d'un atelier, un professeur de lycée propose à ses élèves une expérience visant à leur expliquer le fonctionnement d'un régime totalitaire. Commence alors un jeu de rôle grandeur nature, dont les conséquences vont s'avérer tragiques.

J'avais bien aimé le livre, et là, le film je l'ai trouvé sympa, mais trop rapide et surtout, l'addition de la scène "hollywoodienne" est inutile à mon sens. Je conseillerais plutôt le livre.

Côté télé :

L'amour est dans le pré : l'été, c'est un rituel. Pas depuis le début, parce qu'avant j'étais snob et je conspuais les gens qui regardaient ça. Mais ça, c'était avant. Maintenant, je regarde, j'aime, j'assume et j'emmerde tous ceux qui pensent que c'est dégradant et indigne de quelqu'un qui se dit prof (si si, j'en connais...). Alors là, autant j'ai adoré la plupart des portraits (avec une préférence pour Cyril, Eric et Claude), autant je me suis fait chier ! Entre ceux qui veulent abandonner après la lecture des lettres (2 quand même), et celui qui change d'avis finalement (pour le résultat que ça a eu, merci, mais en même temps, pfff le mec quoi. Il ferait mieux d'arrêter 5 minutes la provoc machiste et montrer un peu qui il est en réalité), celui qui va au speed dating, en choisis 2, puis finalement laisse tomber parce qu'il a eu peur et il était pas prêt, déjà, ça partait mal. Et puis certains, qui m'avaient plu au portrait, se sont laissé aller à faire des remarques franchement désobligeantes, sexistes, body-shamistes (oui, j'invente des mots)... Beaucoup ont fait un mauvais choix de prétendant(e)s dès le départ, Faussant un peu le tout. Et je ne comprends pas bien pourquoi les gens qui s'inscrivent à cette émission ne rentrent pas dans le vif du sujet plus vite, en sachant que le séjour des prétendantes est très court. Il n'y a pas de jeu de séduction du tout (et c'est dommage parce que quand il y en a, ça donne lieu à des situations qui sont loin d'être ennuyeuses !). Une saison chiante que j'ai regardée avec peu d'intérêt.

sense8-jamie-clayton-poster-616x912

 

 Sense8 :

Huit personnes éparpillées dans le monde sont connectées par la même vision violente, tandis qu'une entité tente de les regrouper et qu'une autre cherche à les tuer.

Mon gros coup de coeur de l'été. Si vous y avez échappé, je ne sais pas comment vous avez fait. C'est une série complexe et il est difficile d'en parler sans spoiler. Mais ce que je peux dire c'est que la galerie de personnages, la diversité, la qualité de la réalisation, l'histoire... J'ai tout aimé. J'ai bien entendu des chouchous, et il y a déjà des scènes culte. Je n'ai qu'une envie : me refaire la saison 1 avant d'enchaîner sur la 2 !

Orange is the new black saison 3 : encore une saison que j'ai adorée. Bon, Piper, c'est juste plus possible : elle est ridicule, elle est égocentrique, et même si j'ai adoré [le passage où elle se venge du personnage de Ruby Rose], dans l'ensemble, elle m'a soûlée. Je ne partage pas non plus l'engouement pour Ruby Rose qui arrive comme un cheveu sur la soupe. Mais pour le reste, j'adore ! Pennsatucky et Boo ??? Génial. La scène du lac ??? Excellent. Et comme toujours, les histoires personnelles m'ont vraiment plu. Vivement la saison 4 !

UnReal :

Les coulisses d'une émission de dating à travers les yeux d'une jeune productrice dont la mission est de manipuler les candidats afin d'obtenir les rebondissements dramatiques nécessaires à la vitalité du programme...

Bon alors déjà : je suis méga amoureuse du personnage de Quinn (et j'adore ce prénom). Et je déteste le personnage de Shia, tellement que j'ai envie de la claquer dès qu'elle apparaît à l'écran. Ensuite, le Ray joueur de jazz de Carrie Bradshaw a bien vieilli, et pas forcément bien, mais je lui trouve quand même du charme malgré tout. Et sinon, la série, elle est vraiment très bien faite. Ca fait froid dans le dos parfois. Le seul petit bémol, c'est le triangle (si on veut) amoureux qui me soûle et qui aboutit à rien. Mais sinon, j'ai quand même hâte à la saison 2 !

messengers

The Messengers :

Lorsqu'un objet mystérieux s'écrase sur Terre en plein désert, la déflagration libère une vague d'énergie solaire qui arrête un à un les cœurs de personnes apparemment déconnectées les unes des autres. Quelques minutes plus tard, elles se réveillent toutes, changées, et découvrent qu'elles ont désormais pour mission d'empêcher la future et inéluctable Apocalypse. Elles sont les messagers...

Le premier épisode m'a paru un peu trop réchauffé de Heroes sur le déroulement et la quantité de personnages, et tout de suite le thème religieux m'a soûlée. Mais j'ai persévéré, et j'ai fini par me prendre au jeu. Alors bien sûr, certains des acteurs sont très mauvais. Bien sûr, certains effets spéciaux sont ridicules. Mais j'ai trouvé le tout finalement très bien mené et ça m'a tenue en haleine pendant 13 épisodes, et j'ai été déçue que la série s'arrête. Comme quoi...

Stitchers :

Une jeune femme est recrutée comme agent secret pour être "piquée" dans l'esprit des personnes récemment décédées, utilisant leurs souvenirs pour enquêter sur des meurtres et déchiffrer des mystères qui autrement auraient disparus pour toujours.

C'est mon ami Blacksad qui me l'a conseillée, et j'ai trouvé ça plutôt sympa. Ce n'est pas la série du siècle mais ça se laisse regarder. Ce qui m'a plu : un petit côté Alias / L'Expérience Interdite. Le personnage de Cameron. Ce qui me fait tiquer : Camille; Kirsten, parfois (elle me fait penser à la monoexpressive de Revenge). Le dernier épisode était ultra top, à voir si la saison 2 continue sur cette lancée.

Proof :

Une brillante chirurgienne est chargée d'enquêter sur des cas de réincarnations et d'apparitions fantomatiques afin de prouver scientifiquement qu'il y a bien une vie après la mort...

Un cop show surnaturel avec un médecin en personnage principal. Oui, dit comme ça, c'est un peu le scénario WTF du jour. Mais ça fonctionne assez bien. Il y a une espèce de lenteur qui peut paraître rédhibitoire mais en fait, ça ne l'est pas. D'épisode en épisode, sans être passionné, on a envie de savoir le fin mot de l'histoire. Et j'avoue, j'aime bien les sidekicks, Zed et Janel.

wpid-my_mad_fat_diary_by_apollojr-d5zp4ry1

My Mad Fat Diary saison 3 : Mais qu'est-ce qu'elle m'a fait pleurer cette série ! Jusqu'au bout ! C'est un bijou, qu'il faut que je possède très vite ! Je les aime tous tellement, et elle me parle tellement ! Je me retrouve énormément en Rae, mais aussi en Chloe, qui est probablement ma préférée. Un bijou, j'vous dis.

Secrets and lies : la dernière fois, je vous avais parlé des premiers épisodes, depuis j'ai eu le temps de la finir quand même. Alors j'ai adoré en fait. Tout. Même Juliette Lewis. C'est dire. J'ai vu venir le coupable, quand même, mais pfiou ! Vraiment bien. Maintenant j'hésite à regarder la version originale (australienne), mais vu que je connais le twist... ça risque de perdre de son charme.

Empire :

Lucious Lyon, ancienne star du hip-hop, est devenu en l'espace d'une vingtaine d'années l'un des plus riches producteurs de disques américains. Atteint d'une grave maladie, ses jours sont comptés. Il ne lui reste donc plus beaucoup de temps pour désigner son successeur parmi ses trois fils. Deux sont des artistes débutants, très différents mais soudés, tandis que le troisième est un homme d'affaires prêt à tout pour obtenir la position qu'il croit lui revenir de droit. Alors que la famille est sur le point de se déchirer, Cookie, la matriarche, en prison depuis 20 ans, revient parmi les siens et sème encore un peu plus le trouble. Elle a des comptes à régler et une vengeance à assouvir...

On en parlait avec ma copine (euh... ben merde, j'ai pas de surnom pour elle !) ... et du coup j'ai tenté. Bon ben j'ai adoré quoi. Cookie, elle rocks du feu de dieu quoi. La musique est top (enfin, si on exclut les raps pourris de Hakeem), et Lucious c'est un pur connard. Le souci, c'est que j'ai binge-watché, et quand la saison 2 va arriver, j'aurai tout oublié...

Les séries commencées et arrêtées : Mad men (trop lent), Bates Motel (trop bizarre), The Strain (aucun intérêt), The Whispers (ew Milo Ventimiglia ew!), Scream (au secours la série pour hipsters !), Orphan Black (pas réussi à aller plus loin que le 1/4 du 3x01 alors que j'avais adoré les 2 premières saisons).

Les séries commencées : Last resort, Brothers & sisters.

Et puis bien sûr, je regarde toujours mes séries en cours (Switched at birth, The Fosters, Mistresses, Devious Maids et les autres^^)

 

Posté par Miss Bunny à 17:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


05 avril 2015

Dimanche sur les écrans #1

Séries :

 How to get away with murderHow to get away with murder

Une nuit d'hiver, alors que la fête bat son plein sur le campus de la prestigieuse université de Philadelphie, à quelques kilomètres de là, dans les bois, quatre brillants étudiants en droit terrorisés s'apprêtent à brûler un cadavre. Leur vie en sera à jamais bouleversée... Trois mois plus tôt, Michaela, Wes, Laurel, Connor et une soixantaine de leurs camarades faisaient la rencontre de leur charismatique et intransigeante professeure spécialisée en criminologie : Annalise Keating. Une poignée d'entre eux seulement aura la chance d'intégrer sa firme. Mais pour travailler à ses côtés, il faut être prêt à tout. Absolument tout... (source : Allociné)

Alors ça, c'est la découverte de cette période ! J'ai dévoré la saison 1 en 2 jours ! J'ai tout aimé, même les personnages bien chiants (genre Wes et Rebecca, que je sentais pas depuis le début - ni l'un ni l'autre - et même la peste de Michaela !). Ma chouchoute est bien évidemment Annalise, mais j'ai aussi un gros faible pour Bonnie, malgré le fait que son interprète sera toujours pour moi l'insuportable Paris de Gilmore Girls.

bad judgeBad Judge

Juge respectée à la Cour pénale, Rebecca Wright mène le soir et le week-end une vie de débauche, de post-adolescente pas du tout farouche, alors qu'elle a passé la quarantaine. Tous les hommes sont fous d'elle, mais sa peur panique de l'engagement l'empêche de faire autre chose que de jouer avec eux... avant de les jeter ! Elle aimerait bien se comporter enfin comme une adulte. Mais pas aujourd'hui, ni demain. En attendant, elle a un métier à exercer, malgré la gueule de bois et les coups de fil et SMS incessants de ses prétendants... (source : Allociné)

Je ne sais pas comment je suis arrivée sur cette série, mais au final je ne regrette pas. Elle n'a duré que 13 petits épisodes, mais c'est bien dommage parce que pour le coup, c'est une sitcom que j'aurais pu regarder au moins une saison de plus. Déjà, j'adore Kate Walsh. Et puis, j'adore Miguel Sandoval. Et puis, Ryan Hansen, il est pas dégueu à regarder et franchement, autant son perso dans Veronica Mars m'empêchait de m'intéresser à lui, autant là, y'avait du yum effect. Et puis c'était rigolo quoi : la juge complètement déjantée, qui s'habille de façon elle aussi déjantée, ses collègues... Elle n'aurait pas duré longtemps de toutes façons parce qu'avec un pitch comme ça on ne va pas loin, mais honnêtement, j'ai trouvé ça sympa.

 DDDDrop dead diva saisons 3 à 6

Après des années de pause (en fait je pensais ne jamais la reprendre), j'ai finalement repris et fini Drop Dead Diva (à cause d'un teaser sur Teva). Bon. J'y ai retrouvé ce qui m'agaçait : les manières de Jane (AU SECOURS ! l'actrice n'a pas besoin de surjouer autant !), les je t'aime moi non plus / je lui dis je lui dis plus entre Jane et Grayson ; mais j'ai aussi retrouvé ce que j'aimais bien : Stacy, et euh... Stacy principalement.

Alors autant j'ai bien aimé le déroulement de l'histoire (la vraie Jane qui revient, Stacy et Owen), autant la fin m'a extrêmement déçue. Le nouvel acteur choisi pour incarner Grayson est horrible, et ça ne colle pas du tout. Beurk.

 

Broadchurch

Broadchurch saison 2

Ou comment accrocher son public dès la première seconde. Cette série, elle est magistrale. On est happé dans l'action tout de suite, on est dans l'atmosphère, avec le stress du procès et c'est comme si on avait vu le dernier épisode de la saison 1 la semaine précédente. Les nouveaux acteurs sont top (Eve Myles !!!) et on a deux conclusions pour le prix d'une. Sans compter la toujours sublime photographie, à couper le souffle par moments.

 

 

 

hart of dixie

Finale de Hart of Dixie

Alors là, c'est une série que je vais regretter. Elle cassait pas 3 pattes à un canard, mais elle faisait du bien. Ce finale, il me plaît et me déplaît en même temps. Le reproche principal que je ferai aux scénaristes, c'est d'avoir casé AB avec George. D'accord, j'adore Lemon et Lavon. Je suis contente qu'ils finissent ensemble (même si ça semble un peu tiré par les cheveux). Mais j'aimais aussi énormément AB et Lavon. Et je pense même qu'ils auraient fait un meilleur couple. Et ce qui me déplait fortement dans le couple AB / George, c'est qu'on ne savait pas quoi faire d'AB, alors pour ne pas que ça dépareille, on l'a casée avec le seul autre célibataire du show (le lourdaud qui sert à rien, qui plus est). Ils n'étaient pas obligés. Quitte à faire finir ensemble Lemon et Lavon, pourquoi ne pas donner à AB une belle réussite à son école d'infirmière et éventuellement lui faire rencontrer qq1 de nouveau ? Pourquoi d'ailleurs faut-il qu'elle finisse avec qq1 pour que ce soit une fin heureuse ? Bon et puis les mariages à la chaîne... Et le numéro musical... C'est un peu du fan service tout ça. Donc bon, Bluebell me manquera, ça c'est sûr, mais je suis un peu déçue du finale.

secrets and lies

Secrets and lies

Au petit matin, Ben Garner, un père de famille ordinaire en train de faire son footing dans la forêt, tombe sur le corps mort d'un petit garçon qui n'est autre que le fils de sa voisine. La police le suspecte immédiatemment d'être le meurtrier, d'autant qu'une preuve l'accable, tandis que les médias s'en mêlent, le rendant coupable aux yeux des habitants de son quartier. Il n'a alors pas d'autre choix que d'enquêter lui-même afin de retrouver le vrai tueur et de prouver ainsi son innocence... (source : Allociné)

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah KaDee Strickland ! J'aime cette actrice ! Et bon, Ryan Philippe est pas mal non plus dans son genre :) Je regarde, sans trouver ça exceptionnel. La Juliette Lewis m'énerve au plus haut point (et ce, depuis que je suis ado et que je suivais les actualités people et que je voyais qu'elle se tapait tous les beaux mecs de l'époque. Je vous jure, cette nana, elle est sortie avec tout le beau monde d'hollywood !) et son personnage n'aide pas. Envie d'avoir le fin mot de l'histoire, mais honnêtement, je ne serais pas déçue si elle devait s'arrêter.

 the fallThe Fall saison 2

J'avais adoré la saison 1, mais la saison 2 m'a ennuyée au possible ! Pour chaque épisode, j'ai été obligée de le regarder en plusieurs fois ! J'aime toujours autant Gillian Anderson, mais purée que le Jaime Dornan est fade ! Et monoexpressif ! Et pas intéressant ! Et qu'est-ce qu'on s'est fait chier quoi ! Aucun intérêt ! (enfin si, pour le charme de Colin Morgan, dont je ferais bien mon 4 heures !)

 

 

 hinsightHindsight

A quarante ans, Becca s'apprête à se marier une seconde fois. Mais l'absence de son amie Lolly l'attriste beaucoup. Elle se réveille le lendemain le jour de son mariage avec Sean... en 1995. Becca profite de cette opportunité pour faire les choses différemment et tenter de réparer les erreurs du passé. (source : Allociné)

C'est sur la page FB du Challenge séries 2015 que j'ai entendu parler de cette série. J'adore les histoires de voyages dans le temps, donc il fallait que je teste. Au final, j'ai trouvé sympa, mais sans plus. Il y a de bons côtés, mais Becca est parfois trop égocentrique, Lolly est parfois trop gamine, et je crois que j'aurais préféré plus d'interactions passé / présent. J'ai des espoirs pour la saison 2, on verra ce que ça donne.

Films :

 into the woodsInto the woods

Une comédie musicale ayant pour personnages le petit Chaperon rouge, Cendrillon et ses méchantes belles-sœurs, Raiponce, Jack et le haricot magique, le grand méchant loup et... un boulanger et sa femme qui essayent d'avoir un enfant. (Source : Allociné)

Je remets ce que j'ai écrit à Samarian en commentaire de son article sur le sujet : "le format Broadway adapté au ciné, ça fonctionne pas toujours quoi. Je ne suis pas fan des chansons, et autant j'ai aimé la 1e partie (même si gros WTF par moments - cad la chanson des princes, mais aussi à d'autres moments), autant la 2e m'a paru inutile. L'histoire du géant est chiante, Cendrillon qui se rend compte [que le Prince est un coureur de jupons invétéré et que finalement elle serait mieux avec le petit boulanger alors que sa femme est pas encore refroidie, et puis tiens adoptons Jack, après tout... Euh, ben, non.]
Toujours charmée par Meryl, James, Anna, Christine, mais voilà, sans plus."

 CendrillonCendrillon

Comment le Prince charmant se retrouve à la merci d'un mariage arrangé… Jusqu’à ce qu’il rencontre Cendrillon... (Source : Allociné)

Il est nul ce résumé, on a l'impression que le film est centré autour du Prince alors que non. Déjà, j'ai pas de chance : ils ont choisi 2 actrices de Downton qui sont les 2 que j'aime le moins (voire même que je déteste pour l'interprète de Javotte / Daisy. Quand je l'ai reconnue, j'ai fait BEURK !). Et le prince, ben bof quoi, aucun des Stark ne me fait effet (à part papa Stark, mais bon...). Mais ce sont les seules "erreurs" de casting (erreurs entre guillemets parce qu'ils jouent bien leur rôle, c'est juste que je n'aurais pas choisi ces acteurs). Sinon, Cate Blanchett : parfaite. Helena Bonham Carter : parfaite (quel dommage qu'elle soit si rare dans le film), Derek Jacobi : parfait, Stellan Skarsgard : parfait. C'est visuellement magnifique (mise à part la couleur de la robe, que je trouve atroce), mais voilà, c'est nunuche. Ce qui serait passé comme une lettre à la poste en DA devient gnangnan en film. Ca reste un joli conte, mais j'aurais presque préféré un petit grain de folie, une réécriture (comme pour Maléfique).

 qu'est-ce qu'on a fait au bon dieuQu'est-ce qu'on a fait au bon dieu ?

Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale, sont des parents plutôt "vieille France". Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d'esprit. Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois. Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique... (Source : Allociné)

J'ai ri, un peu. Mais je m'attendais à plus drôle, plus décapant, moins consensuel. De bonnes blagues, mais trop peu.

 

blendedBlended

Après un rencart désastreux, Lauren et Jim son tombés d'accord sur une seule chose: ils ne veulent plus jamais se revoir. Mais voilà, le hasard s'en mêle, ils se retrouvent en famille avec leurs enfants. Tous coincés et obligés de partager une suite dans un hôtel de luxe pour un safari en Afrique durant une semaine. (Source : Allociné)

Autant j'adore Drew Barrymore, j'adore les comédies romantiques, alors les comédies romantiques avec Drew Barrymore, c'est JACKPOT, autant celle-ci... mouais bof. Sympa, sans plus. D'ailleurs, j'ai déjà oublié les détails. (et puis franchement, c'est limite raciste...)

 

si je resteSi je reste

En un seul moment, tout peut changer. Mia, 17 ans, n'a aucun souvenir de l'accident : elle arrive uniquement à se rappeler avoir roulé le long de la route enneigée de l'Oregon avec sa famille. Puis, en un clin d'oeil, elle se retrouve observant son propre corps dévasté ... L'adolescente sera tiraillée entre l'envie de rejoindre ses parents dans l'au-delà et celle de se réveiller et de retrouver son petit ami et ses proches... (Source : Allociné)

Je dois commencer à être trop vieille parce que ça ne m'a fait ni chaud ni froid. A vrai dire, je me suis ennuyée pendant tout le film. J'ai bien fait de ne pas lire le livre, il m'aurait vite soûlée je pense. J'aime beaucoup l'actrice, elle a une belle fraîcheur, mais ça s'arrête là.

 playing it coolPlaying it cool

Un jeune homme qui ne croit plus à l'amour fait la rencontre d'une femme lors d'un dîner de charité. Il va tenter de la séduire. (Source : Allociné)

Mais qu'est-ce que c'était pourri ! Mais pourri ! Un casting à la mode, pour un film qui ne sert à rien. Aucun des acteurs n'est convaincant dans son rôle et puis nan quoi, c'est nul. Next !

 

 

source codeSource code

Un soldat fait un voyage dans le temps hors du commun. Il se retrouve passager d'un train inconnu à devoir revivre sans cesse, comme une journée sans fin, un attentat visant ce convoi. Il décide de mener l'enquête pour découvrir le ou les responsables. Cela lui permettra-t-il de s'échapper de ce cercle vicieux dans le temps ? (Source : Allociné)

Je l'avais raté au ciné, et je regrette presque parce que c'est vraiment un film que j'aurais bien aimé voir sur grand écran. Je ne suis pas fan de Gyllenhal à la base, mais j'ai un peu changé d'avis avec ce film. Il y a bien sûr de grosses incohérences, mais je l'ai trouvé très efficace, il tient très bien en haleine (même si on se doute assez vite de l'identité du coupable), et franchement, il vaut le détour.

 

Prochain Dimanche sur les écrans : le 3 mai

Posté par Miss Bunny à 21:43 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :