24 août 2015

Feuilles d'automne - Adeline Yen Mah

Feuilles d'automne[Titre original : Falling Leaves]

Shanghai, dans les années 30, est encore une cité coloniale, prospère et animée. C'est là que les époux Yen, fuyant l'avancée des troupes japonaises, ont choisi de s'établir avec leurs quatre enfants. Là que l'entreprise familiale prend l'essor qui fera de M. Yen l'un des industriels les plus riches de Chine. Soudain, en 1937, Mme Yen meurt, quelques jours après avoir donné naissance à une petite fille : Adeline. Le chagrin de son père est de courte durée : il se remarie à une séduisante franco-chinoise, Niang, femme futile et vaniteuse, avide de mondanités, qui ne cache pas son mépris pour les enfants nés du premier lit. Mais c'est à Adeline, considérée comme responsable de la mort de sa mère, que Niang réserve les trésors de sa cruauté. Adeline, qui devient le bouc émissaire de toute la famille. En 1947, redoutant le péril communiste, la famille Yen s'exile à Hong-Kong. Adeline ne fait pas partie du voyage. Placée dans un orphelinat, elle est privée de visites et de courrier. C'est dans cette prison, pourtant, qu'elle va découvrir la clé de son existence : les livres...

Editions L'Archipel - 300 pages

J'ai lu l'année dernière pour mon ABC Jun-Ling : une enfance chinoise, qui se concentre donc, comme son nom l'indique, sur l'enfance d'Adeline.

Feuilles d'automne reprend le récit depuis le début (et je me suis demandée si ce n'était pas le même ouvrage sous un titre différent), mais de façon un tout petit peu plus condensée pour ensuite continuer le récit jusqu'après la mort de Nyang, sa belle-mère.

Si j'ai retrouvé ce que j'avais aimé dans l'autre livre (une description de la vie d'une famille chinoise aisée sous la coupe d'une femme extrèmement difficile à une époque où la Chine est en pleins changements), je suis aussi déçue. C'est une autobiographie donc il est difficile de parler de personnages, mais la façon dont Adeline se présente me déplait. Je me doute que vivre en tant que dernière fille dans une famille traditionnelle chinoise à cette époque n'a pas dû être simple. Mais cette auto-victimisation systématique est franchement pénible. Pourquoi Adeline rentre-t'elle en Chine alors qu'elle sait pertinemment qu'elle n'y est pas aimée et qu'elle sera mal traitée ? Pourquoi, à partir du moment où elle est mariée et heureuse, aisée, ne coupe-t'elle pas les ponts ? Pourquoi accepte-t'elle, encore et toujours, de servir de carpette à tout le monde ? Comment peut-elle faire awutant confiance à son frère James alors que depuis le début il est aussi fourbe que les autres ?

Trop de questions qui restent sans réponse valable et qui m'ont gâché ma lecture. Ce qui est acceptable d'un enfant sans défense ne l'est pas d'une adulte en pleine possession de ses moyens.


 

ABC2015

Posté par Miss Bunny à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 août 2014

Jun-Ling, une enfance chinoise - Adeline Yen Mah

Jun-ling, une enfance chinoise

Orpheline de mère, Jun-Ling est le souffre-douleur de sa famille. Ses frères et sa soeur lui reprochent la mort de leur mère et son père la néglige.
Soutenue par son grand-père, Ye Ye, et sa tante Baba, Jun-Ling apprend à avoir confiance en elle et à partager leur amour des lettres.
Elle y puisera la force de prendre son envol.

Editions Flammarion - 302 pages

Encore une lecture au hasard pour avancer dans mon ABC. En lisant la 4e de couv, je n'avais pas compris qu'il s'agit d'un récit autobiographique.

J'ai été plutôt séduite par ce récit, même si je n'ai pas pu m'empêcher de faire de nombreux parallèles avec Le Palanquin des larmes de Chow Ching Lie. Jun-Ling m'a paru moins poussé, mais sa catégorisation en jeunesse peut expliquer cela (j'ai vu qu'elle avait écrit une autobiographie plus complète, je suis curieuse de la lire).

Je me suis attachée à la petite Jun-Ling (le vrai prénom d'Adeline), dernière enfant du premier lit, dont la naissance a été fatale pour la maman et à qui tout le monde reproche cette perte. J'ai souffert avec elle du sentiment de solitude constant, du sentiment d'abandon. Et à l'épisode concernant Petit Trésor, j'ai partagé sa tristesse.

Un joli récit très bien écrit, qui m'a donné envie de découvrir Feuilles d'automne.

Livre lu dans le cadre de :

ABC14

Posté par Miss Bunny à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,